top of page

Pierre Loti est un personnage tout à fait passionnant et fascinant sous bien des aspects. C’est son côté extravagant et sa passion pour notre si belle culture française que j’ai choisi de traiter cette année dans le cadre de la 19ème édition du festival Musiques au pays de Pierre Loti, qui se trouve également être le centenaire de la mort de notre auteur local.
Ainsi, nous ouvrirons le festival, le 13 mai au Château d’Oléron, avec un concert sur l’évolution de la mélodie française, qui commencera avec Honoré d’Ambruys et finira avec Alain Bashung… C’est-à-dire que nous commencerons par l’air de cour qui est une chanson jouée à la cour de Versailles avec un chanteur et un théorbe. Nous passerons ensuite à la mélodie française pour piano et chanteur, sur des textes de Verlaine, Apollinaire ou Hugo, mis en musique par Saint-Säens, Fauré ou encore Poulenc. Et nous finirons par la chanson française de Barbara, Ferré, toujours avec un chanteur accompagné d’un piano et d’une guitare. Un voyage dans l’histoire de la musique…
Francis Poulenc sera particulièrement à l’honneur dans ce festival. On fêtera, en 2023, les 60 ans de la mort de celui qui écrivait avec autant de talent aussi bien de la musique religieuse que de la musique de « cabaret ». On l’appelait même le « moine voyou ». Nous entendrons notamment Poulenc lors d’un concert de musique religieuse à l’église de Brouage le dimanche 14 mai, mais aussi son extravagant quintette à vent et piano lors du concert du 15 mai à St-Trojan-les-bains.
La maison de Loti, à Rochefort, comporte une salle Moyen-âge, une salle renaissance et un salon turc.
Nous voyagerons en musique dans cette maison lors du concert des chansons « aux marches du palais » au Théâtre de la Coupe d’Or, le 16 mai.
Loti aimait les femmes ? Il y aura donc un concert de mélodies de femmes compositrices et notamment Germaine Tailleferre, par deux grandes interprètes féminines, le 18 mai à Saint-Denis-d’Oléron.
Proust aimait Loti ? Alors faisons résonner ces pages de Loti qui seront récitées lors d’un concert semblable à celui  que Proust, lui-même, avait organisé dans un salon du Ritz et qui sera pour nous à l’Eldorado de Saint-Pierre d’Oléron, le 19 mai.
Composer des mélodies avec orchestre était extravagant. C’est pourtant ce que fît Berlioz, pour la première fois dans l’histoire de la musique, avec ses « Nuits d’Eté ». Nous les entendrons le 17 mai à Saint-Georges-d’Oléron avec « la bonne chanson » de Fauré que Loti appelait « cher Maître ».
Tous les intervenants du festival ont accepté de jouer le jeu et rajouteront une petite touche d’extravagance, à la Loti, dans leurs programmes. Quand ce n’est pas tout le concert qui le sera.
Venez comme vous êtes, habillés, décontractés, voire même déguisés… venez voyager, rêver, rire, vivre des émotions en musique et faire ensemble de ces concerts, des soirées mémorables, à l’image des soirées de notre auteur rochefortais.

Victor Sicard,

Directeur artistique

bottom of page