Biographie

Chef d’orchestre audacieux et artiste curieux, Julien Masmondet est constamment à la recherche de nouvelles expériences artistiques. Sa vision nous entraîne dans un imaginaire riche au croisement de la musique de répertoire et de la création d’aujourd’hui, enrichie par le dialogue avec d’autres disciplines artistiques.

 

Révélé lorsqu’il était chef assistant de Paavo Järvi à l’Orchestre de Paris, Julien est régulièrement l’invité d’orchestres en France et à l’étranger (Paris, Bordeaux, Lyon, Québec, Vienne, Moscou, Riga, Prague, Lausanne, Liège, Naples, Vérone …) et collaborent avec des solistes tels qu’Emanuel Ax, Tabea Zimmermann, Seong-Jin Cho, Stéphane Degout ou Karine Deshayes. Tous saluent sa précision technique, son énergie et son élégance. Il a reçu en 2018 le « Prix de la révélation musicale de l’année » décernée par l’Association Professionnelle de la Critique.

 

Aussi apprécié dans le répertoire symphonique que dans le domaine lyrique, il a notamment fait des débuts très remarqués au printemps 2015, dans La Clémence de Titus à l’Opéra de Montpellier et dans L’Ile du Rêve de Reynaldo Hahn en 2016, opéra qu’il a redécouvert et qui n’avait jamais été donné à Paris depuis sa création en 1898. Considérant l’opéra comme le meilleur reflet de notre époque, Julien Masmondet s’empare de sujets dans l’air du temps avec la complicité du compositeur Pascal Zavaro et de la metteure en scène Catherine Dune. Il commande et dirige les création mondiales de Manga-Café couplée avec Trouble in Tahiti de Léonard Bernstein ainsi que Le Coq Maurice, opéra de campagne itinérant, deux productions saluées unanimement par la presse et le public. Sa collaboration avec le chef Louis Langrée le conduit à poursuivre son exploration du répertoire lyrique français lors de plusieurs productions à l’Opéra Comique. Il dirigera notamment lors des prochaines saisons la production d’Hamlet d’Ambroise Thomas en Chine au Bejing Music Festival avec le Shangaï Symphony Orchestra.

 

Outre ses activités en tant que chef invité, Julien fonde et développe des projets qui lui ressemblent, à l’image de l’ensemble Les Apaches ! ou du festival Musiques au Pays de Pierre Loti. Véritables laboratoires artistiques, il expérimente par ces biais de nouveaux formats de concerts et travaille avec de nombreux compositeurs d’aujourd’hui, dont il commande et crée les œuvres. Il collabore régulièrement avec des vidéastes, metteurs en scène, chorégraphes, comédiens et écrivains sur des spectacles singuliers en partenariat notamment avec le Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet et le Musée d’Orsay à Paris et lors de résidences à la Fondation Singer-Polignac et à la Fondation Royaumont.

 

Julien Masmondet est profondément attaché à l’École Normale de Musique-Alfred Cortot, où il s’est formé auprès de Dominique Rouits à l’école française de direction d’orchestre, et où il enseigne aujourd’hui depuis 2018. Il intervient également au CNSMD de Lyon pour des sessions de direction d’orchestre ainsi qu’à l’étranger pour des master-classes autour de la musique française.

 

Depuis 2005, Julien a enregistré plusieurs disques pour des labels variés - Sony Music, Warner Classics, Aparté Music, Claves records - à la tête de l’Orchestre National de France, le Czech National Symphony Orchestra ou encore de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Il vient d’enregistrer avec Les Apaches ! la version originale de La Tragédie de Salomé de Florent Schmitt qui sortira chez B Records en 2022.

Biographie

Victor Sicard ©Odile Motelet w.jpg

©Odile Motelet

Sens inné du jeu théâtral, voix brillante et diction parfaite, le jeune baryton rochelais Victor Sicard, semble avoir tout pour lui. Il se fait remarquer partout depuis sa participation au sixième Jardin des Voix de William Christie, qui lui avait permis de partir en tournée internationale avec l’orchestre des Arts Florissants. Il a l’occasion de travailler avec les meilleurs ensembles du moment, d’abord en continuant sa collaboration avec Les Arts Florissants et William Christie puis en se produisant avec Le Concert d'Astrée et Emmanuelle Haïm, Le Concert Spirituel et Hervé Niquet, l'Ensemble Aedes et Mathieu Romano, Le Poème Harmonique et Vincent Dumestre et l’ensemble Matheus et Jean-Christophe Spinosi...

Son répertoire opératique inclut un vaste panel de registres et d’époques. Citons, pour la période baroque, Adario dans Les Indes Galantes (Rameau) à Washington et New York, Enée dans Didon et Enée avec Les Arts Florissants sous la direction de William Christie, Tempo dans Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Haendel à l'Opéra de Tours puis pour la période classique plusieurs rôles comme Il Conte d'Almaviva dans Le Nozze di Figaro à l'opéra d'Avignon ou alors d'autres rôles mozartiens qu’il a pus travailler comme Guglielmo dans Così fan tutte ou le rôle-titre de Don Giovanni. D’autres engagements l’ont amené à chanter le répertoire de l’opérette et de l’opéra-comique avec notamment le Dr Falke dans Die Fledermaus pour l'Opéra National de Linz (Autriche) et Herr Fluth dans Die Lustigen Weiber von Windsor de Nicolai pour la Guildhall production. Pour l’époque romantique, citons Haly dans L'italiana in Algeri de Rossini au Théâtre des Champs Elysées, Gasparo dans Rita de Donizetti pour la Guildhall production, et plusieurs opéras qu’il a abordés comme Don Pasquale (Malatesta), Lucia di Lamermoor (Enrico) et L’Elisir d’amore (Belcore). Il s’est illustré par ailleurs dans le répertoire du XXe siècle, avec le rôle de Demetrius dans A Midsummer Night's Dream de Britten au Grand Théâtre du Barbican à Londres, et en travaillant sur de larges extraits de Pelléas et Mélisande (Pelléas), du Viol de Lucrèce (Junius)…

 

 

Son répertoire d’oratorio comprend le Requiem de Campra ainsi que In exitu Israel de Mondonville et In Convertendo Domine de Rameau pour une grande tournée européenne (Philharmonies de Berlin, Köln, Luxembourg, Opéras de Lille, Chapelle Royale de Versailles) avec Emmanuelle Haïm et le Concert d'astrée, le Requiem de Mozart au Royal Albert Hall, le Requiem de Fauré à Saint Martin in the Fields, la Petite Messe solennelle de Rossini aux Théâtres de Caen et de Massy, Ein Deutsches Requiem de Brahms, le Dixit Dominus de Vivaldi, la Theresien-Messe de Haydn, le Magnificat et la Passion selon Saint Matthieu de Bach pour le Southampton Choral Society. Il assume brillamment la virtuosité de l’opéra italien du XVIIIe siècle, collaborant à deux reprises avec Il Pomo d’Oro (Partenope et Serse de Händel) ou encore Les Accents de Thibault Noally. Avec ces derniers, il a notamment chanté le rôle de Farnace dans Mitridate Eupatore d’Alessandro Scarlatti au Festival de Beaune (« Victor Sicard rayonne constamment en Farnace », souligne le magazine Diapason).

 

Parmi ses engagements de la saison 2020-2021, nous le verrons à l'Opéra de Lille pour chanter La Jalousie et Némésis dans Idoménée de Campra avec Emmanuelle Haïm et Alex Ollé (La fura dels Baus), à l'Opéra de Dijon pour Orlando dans Il Palazzo Incantato de Rossi avec Leonardo Garcia Alarcon et Fabrice Murgia, Pollux dans Castor et Pollux à l'Opéra de Chambre de Varsovie avec Stefan Plewniak, Haly et Huascar dans Les Indes Galantes de Rameau pour une tournée chinoise avec Stefan Plewniak et Il Giardino d'Amore, Soliste dans King Arthur de Purcell au théâtre de Saint-Omer, au château d'Hardelot et au festival de la Fontaine avec Olivier Spilmont et Andreas Linos, le récital de lancement du disque "Mélodies de Ravel" de Victor et d'Anna Cardona le 1er février au théâtre Grévin à Paris, ainsi que des récitals à Sion (Suisse), Tokyo, Ekaterinbourg et à la Grange de Meslay, et le baryton soliste dans la Passion selon Saint Matthieu de Bach à la cathédrale de Genève et de Sion avec l'ensemble Novantiqua.

 

Victor Sicard a publié, le 16 octobre 2020 un disque dédié aux mélodies de Ravel avec la pianiste Anna Cardona pour le label La Musica.

Photos

Vidéo